L'équipe

photo ben concert_edited.jpg

Benoît Gautier

Guitariste et amoureux de claviers vintages, Benoît Gautier est aussi ingénieur du son - réalisateur. Il a notamment travaillé avec After the Bees, Mauve Lunel, Mathilde en Juillet, Samuel Baubry... On peut entendre sa voix grave sur son album éponyme sorti en 2011, dont les textes sont signés par l’auteur Daniel Morvan. Ses chansons dressent des ponts entre Nantes et l’Amérique d’Edward Hopper et Neil Young, les fantômes d’Andy Warhol et de Lou Reed

Instantané 1 (15-06-2021 13-17).png

Lise Marais

Ce petit opus, cette nouvelle, faisait partie de mes livres à lire, disponibles pendant le premier confinement.

J'ai été d'emblée emportée par la beauté fluide du texte et frappée par la relation entre ce que nous vivions brutalement comme une obligation à reconnaître nos dérives écologiques, nos décennies de non-sens humain, et cette histoire, toute simple, racontée par Giono.

Elzéard, un homme qui plante des arbres, et refait la vie, refait l'humus et les fontaines.

Un personnage, très fort mais aussi très simplement croqué par un auteur assez puissant pour en imprimer en nous toute la profondeur et la grandeur.

j'étais éblouie.

imgfredgiono.jpg

Fred Lambert

Musicien et graphiste, il est membre des groupes Moustache Museum et de Rum Tum Tiddles. Il publie des morceaux sous le nom de Tramble, son projet solo mêlant musique et vidéo. Il compose et enregistre également la musique pour des court-métrages et pièces de théâtre. Son travail est influencé par le rock indépendant, la musique folk, et les bandes originales des westerns spaghetti.

jeangiono.png

Jean Giono
et nous...

Avant nos confinements, cette histoire nous aurait sans doute parue naïve ; Elle est pour moi aujourd'hui le germe parfait, la graine idéale à semer dans nos terres nouvelles.

Jean Giono est né en 1895 à Manosque. En 1911, il commence à écrire. 

Mobilisé durant la Première Guerre mondiale, il en sort traumatisé et viscéralement pacifiste.

Son premier livre La Colline paraît en 1929

Que ma joie demeure en 1935, et en 1951 le Hussard sur le toit, On lui doit également à la même époque, Les Âmes fortes.

En 1954, il rentre à l'académie Goncourt et participe aux scénarios de films de cinéma à partir des années 1950. Il meurt à Manosque le 9 octobre 1970.

L'homme qui plantait des arbres à paru en 1954, pour « faire aimer à planter des arbres. » il est considéré aujourd'hui comme un manifeste écologiste.

Ecrivain rayonnant, universaliste, interrogeant l'humain et son rapport à la nature et plus amplement, au monde, jean Giono m'avait échapé dans le monde d'avant ; il est devenu pour moi symbolique de mon monde d'après. Ce vers quoi j'ai toujours tendu ;

Evocateur d'une humanité que nous cherchions tant à construire, nous battant sans cesse contre plus fort que nous, tel Don Quichotte.

 

Jean Giono a volontairement mis son texte dans le domaine public et donc renoncé à ses droits d'auteur pour faciliter la diffusion de ses valeurs écologiques et humanistes.

"Le but était de faire aimer l'arbre ou plus exactement « faire aimer à planter des arbres »

(ce qui est depuis toujours une de mes idées les plus chères).

Or, si j'en juge par le résultat, le but a été atteint par ce personnage imaginaire.

C'est un de mes textes dont je suis le plus fier."

 

Jean Giono

 

La Note d'intentions 

La mise en voix que je propose aujourd'hui tentera, comme dans tous mes travaux, de coller au plus près des sens, au plus proche des sentiments dans lesquels se trouvait l'auteur au moment de l'écriture.

Mon travail de metteur en scène a toujours été mené dans une recherche de l'essence, de la simplicité et de l'épure.

 

Les images, les paysages seront ici sonores.

On verra les vents, et les eaux qui coulent au travers des forêts, les désastres des guerres et les naissances luxuriantes dans les sons des claviers de Benoît Gautier, éthérés et Lynchiens.

Ceux-ci auraient pu d'ailleurs contraster avec les guitares d'un Ouest lointain de Fred Lambert, c'est l'inverse qui s'est ici produit.

 

Le décor forestier de Giono est né, comme son verbe, comme Elzéard son personnage, comme les arbres qui poussent, dans la fluidité et l'évidence.